10 Dec 2018

L’entrepreneur en résidence, nouveau chantre de l’innovation en entreprise ?

Après les labs d’innovation, les fonds de corporates ventures, le rachat de startups et autres initiatives, une alternative inclusive émerge en Europe en provenance des US. Plutôt que de partir de phases d’idéation, elle renverse le process en trouvant d’abord les hommes appropriés : Les entrepreneurs en résidence.

L’entrepreneur, ressource sous-employée dans les entreprises

De la figure Schumpetérienne, décrite dans « Capitalisme, socialisme et démocratie » aux startuppers de la Silicon Valley, l’entrepreneur est reconnu comme un agent économique incontournable.

 Dans une perspective holiste, ce sont eux qui créent les entreprises, backbone du capitalisme mondial, puis sont relayés par les managers lors de leur développement.

La puissance de collecte des datas et de calcul que permet Internet, l’avènement de l’intelligence artificielle et plus largement de nouvelles technologies, le changement des usages et les 11500 startups de la Silicon Valley, rabattent les cartes de la vision dualiste de l’entrepreneur et du manager.

Dans cet environnement ultra changeant, les entreprises n’ont jamais eu autant besoin d’allier les compétences du manager et de l’entrepreneur pour s’adapter et innover !

 Une nouvelle tendance de fonds émerge aux US : L’entrepreneur en résidence 

Ces dernières années, un phénomène américain vient compléter les dispositifs en innovation des corporates : L’entrepreneur. 

Pionniers de l’entrepreneuriat en résidence, les ventures capitalists ont été les premiers à comprendre l’intérêt de ces ex startuppers, d’abord pour réaliser leurs dues-diligence puis comme support opérationnel pour leurs participations.

Les entreprises américaines du S&P 500 ont rejoint les investisseurs avec Dell Computers en précurseur. Dès 2011, cette blue ship a été le premier à faire appel à ce profil singulier avec la nomination de Ingrid Vanderveldt comme entrepreneur en résidence.

Les ex-startuppers, des thinkers & doers ?

Les entrepreneurs du digital possèdent bien souvent des caractéristiques communes en matière de soft and mad skills.

En premier lieu, ils possèdent une expertise unique de leur marché et une capacité d’apprendre qui leur permet d’avoir une courbe d’apprentissage beaucoup plus réduite que la moyenne.

Leur méthode de travail agile et orientée résultats, à l’instar de Lean Startup ou d’OKR leur permet d’itérer rapidement et de trouver le bon mix-marketing (product market-fit) de façon agile et rapide en étant avant tout « customer centric ».

Après les initiatives de création de labs en innovation, des corporates ventures, des partenariats entreprises-startups, Les entrepreneurs en résidence constitue une nouvelle alternative opérationnelle. 

Des chefs de projets pour polliniser l’innovation chez les corporates

Les entrepreneurs en résidence ne servent pas de miroir mais apportent une complémentarité au sein des organisations.

Non liés par des enjeux politiques, apportant des nouvelles perspectives, opérationnels, les entrepreneurs en résidence s’inscrivent dans des missions définise dans le temps. 

Il se dégage 3 profils pour booster chaque type d’innovations :

  • Pour les innovations de process, le transformateur. Ce chef de projet vise à apporter sa façon de travailler, apporte une automatisation des taches à faibles valeurs, trouve des solutions à un problème. Il pollinise les groupes dans lesquels il s’inscrit.
  • Pour les innovations incrémentales, l’innovateur. Il apporte sa vision customer centric, sa connaissance de l’UX/UI et de product management. Il apporte une nouvelle vision du produit ou service en apportant une perspective extérieure. 
  • Pour les innovations de rupture, le disrupteur détecte les dernières tendances, cadre la phase d’ideation avec un focus business, lance un ‘minimum valuable product’ et itère jusqu’à trouver une nouvelle opportunité marché. Dans un cadre de programme d’extrapreneuriat ? ou d’excubation, il dépasse les obstacles et gère un projet jusqu’à en faire une startup corporate ou une nouvelle business unit. 

Solution hybride entre le salarié et le consultant, l’entrepreneur en résidence est une boîte à outils humaine pour rendre plus agile et innovantes les organisations.