Elle s’est faite une place de choix dans le monde de l’entreprise. La gestion de projet est partout. Difficile sur Linkedin ou sur les groupes d’anciens élèves des plus grandes écoles de ne pas tomber plusieurs fois par jour sur une entreprise qui cherche son/sa futur.e chef.fe de projet.

Pourquoi le fonctionnement en mode projet s’est-t-il démocratisé ? Parce que le mode projet permet aujourd’hui aux collaborateurs de l’ensemble du cycle de production d’avoir une vision globale du projet et non plus partiel comme c’était le cas en gestion de projet traditionnelle.  Cette nouvelle vision leur permet une coordination vers un même but.

La synergie qui en découle confère à la fois plus de souplesse aux différentes parties prenantes, ainsi qu’une plus grande transparence et une meilleure lisibilité dans les actions menées par chacun, ainsi que dans l’évaluation des besoins (matériaux et humains) et dans l’efficacité des décisions prises.

Mais face aux nouveaux enjeux liés au digital, et la montée en puissance des start-ups, la gestion de projet est en pleine mutation. Y a-t-il vraiment encore tant de points communs entre la façon dont Google gérait ses projets au début des années 2000, et dont Alphabet les conduit aujourd’hui ? Sûrement pas.

Une donnée d’ailleurs ne trompe pas :  77% des entreprises utilisent un logiciel de gestion de projets. Mais seulement 38% s’appuient un outil digital, à l’instar des startups.

Comment les entreprises peuvent-elles donc transposer la vision innovante au sein de leur conception traditionnelle de la gestion de projet, afin de la rendre plus efficiente ?

La gestion de projet traditionnelle : une vision pyramidale d’un autre temps

Un des obstacles majeurs de la gestion de projet classique est sa hiérarchie pyramidale. Il faut sans cesse se reporter à son N+1, qui lui-même va devoir rendre des comptes à son N+2…

Sur le papier, cela semble garantir un bon suivi de l’avancée du projet. Mais alourdit aussi considérablement le process et l’évaluation des tâches restant à accomplir. En outre, elle est une barrière à la responsabilisation des collaborateurs. Leur marge de manœuvre et donc leur potentiel d’innovation en ressort diminué. L’effort de chacun est cloisonné ce qui peut limiter l’émulation stratégique et opérationnelle.

D’autant que le suivi de la gestion de projet classique est frappé d’un mal que chacun a déjà rencontré : la réunionite aiguë. Qui n’a jamais passé de longues journée avec son agenda rempli de 9h du matin à 21h le soir, avec une succession de briefs, de « prez » et autres débriefs ? Cela permet de communiquer, d’échanger certes. Mais limite la capacité d’agir. Selon une étude  IFOP de  2018 pour la Harvard Business Review, le nombre de réunions a augmenté de 11% en 2017. Et seulement 17% des managers les considèrent comme productives.

Les kadors : vers la gestion de projets en mode startup

Face aux limites de la gestion de projet traditionnelle, nos kadors sauront incorporer ce qui fait le succès des startups. Communication, agilité, adaptabilité… tels sont les fins mots qui font de la gestion de projet des jeunes pousses un des facteurs clés de succès futur de votre entreprise.

La communication est au centre du management des kadors : elle permet d’avancer plus rapidement dans la production et de surmonter les différents problèmes rencontrés. Les kadors savent que les réunions sont contre-productives si elles sont trop nombreuses. La réponse est de mettre en place un certain nombre d’outils utilisant le numérique pour mieux interagir entre parties prenantes.

Ces outils ne serviront pas seulement à communiquer mais aussi à prendre des décisions, à planifier les tâches à accomplir. Par une vision à 360°, le kador saura également valoriser la réussite des tâches intermédiaires.

Leurs succès passés dans leur vie d’entrepreneurs leurs offrent une capacité sans égal à prendre du recul sur les projets, et les rendre plus performants. Leur plus-value : être capables de sentir et d’impulser l’innovation dans un projet donné, à un moment précis. Leur audace est à la hauteur de leur talent : l’échec n’est jamais une entrave à la réussite. Il est au contraire un levier de succès.

Les kadors : des hommes et des outils

Pour allier gestion de projets et innovations, les kadors maîtrisent un ensemble d’outils permettant de construire leur – et donc votre – réussite.

D’abord, ils sauront adapter votre fonctionnement aux attentes de votre marché grâce à des outils adaptés à la gestion de projet et personnalisables pour votre entreprise: communiquer avec Slack, s’appuyer sur la méthode Kanban avec Trello, ou gérer vos tâches avec Asana ou Monday… Les possibilités sont nombreuses et le kador saura trouver la plus adéquate.

Ensuite ceux permettant de stimuler la créativité au sein de votre groupe : design thinking, lean startups… Autant de méthodes tangibles de réflexion et de prototypage permettant à vos collaborateurs de faire et pas seulement de penser.

Puisque l’innovation est dans l’ADN de nos kadors, ils vous proposeront une veille continue afin d’être constamment à l’affût des nouveautés du marché et des nouvelles habitudes de consommation de votre cible potentielle.

Les entreprises ont besoin de moderniser leurs techniques de gestion de projet pour innover plus efficacement et gagner en productivité. Les kadors sont là pour les accompagner dans cette transformation et les initier à leur vision novatrice de la gestion de projet agile et digitalisée, digne des meilleures startups.